• YOU&MILK

"L’ Allaitement, sans savoir avant"

Mis à jour : mars 9


Cette phrase, elle pourrait résumer à elle seule la façon dont il y a eu, dans ma vie de femme, de maman, un avant, mais surtout, un après.


Vous m’auriez demandé il y a encore deux ans de cela si j’allais allaiter notre futur bébé, je vous aurais répondu (ce que je répondais à l’époque d’ailleurs !) « je ne sais pas, je verrai ».


Chaque femme est différente et appréhende l'Allaitement à sa façon, en y réfléchissant avant ou en laissant venir les choses à elle, sans projection


Alors oui il y a les femmes qui disent sans détour « moi l'allaitement, c’est une évidence, la question ne se pose même pas ». Et bien si en fait, elle se pose… parce qu’on peut le vouloir de toutes ses forces, de tout son Amour maternel, parfois, la Nature ne nous aide pas.

Nos forces nous abandonnent.

Je n’ai pas été de celles-là et je l’assume. Je l’assume parce que je reste persuadée (et ça n’engage que moi) que c’est justement en ne me mettant aucune pression « avant, » que j’ai réussi mon allaitement pendant, et depuis presque 16 mois maintenant.


Il n’y a pas UN bon conseil à donner dans la façon de préparer son Allaitement.


C'était si réconfortant et rassurant pour moi de voir que mon mari s'impliquait dans la question de l'Allaitement. Toujours sans pression pour moi


Vous voyez, j’ai un chéri qui s’est préparé à l’Allaitement (un comble me direz-vous quand on sait que la future maman que j’étais ne savait même pas si elle allait allaiter ! Haha !), qui a beaucoup lu sur le sujet.

A aucun moment, il ne m’a dit «  de toute façon Aurélie, c'est évident, tu allaiteras ».

Il savait au contraire que la meilleure façon de m'accompagner, de m’amener pourquoi pas à l’envisager, à y réfléchir sereinement, c’était de me laisser toute liberté pour faire ce choix.


L’Allaitement, c’est quelque chose de très personnel, on peut en parler avant, avec le futur papa, avec sa maman (et même si elle n’a pas allaité !), ses soeurs, ses amies, ses proches, son gynécologue,…


L'Allaitement ne doit pas être le fruit d'une pression familiale ou sociétale.

Aujourd'hui, on fait bien souvent les choses par conviction certes, mais aussi parfois sous le poids d'un schéma (qu'on pense parfait), schéma souvent véhiculé par les réseaux sociaux, du moins, par ce qu'ils veulent bien nous montrer.


Oui, on dénombre des comptes bienveillants certes (heureusement !) mais une future maman un peu perdue, peu sûre d'elle, peut se retrouver démunie et complexée face à ces images de parfaite maman allaitante que certaines peuvent renvoyer.


C'est vous et vous seule qui saurez le moment venu, mais vous aurez besoin du plus grand soutien de ceux que vous aimez, notamment de la personne qui partage votre Vie


J'ai voulu m'affranchir de cela, et durant ma grossesse, je ne consultais que très peu les comptes et blogs de mamans allaitantes.

J'étais davantage préoccupée par le fait de mener une grossesse sereine et sans risque pour notre baby girl à venir.

J'ai pratiqué du yoga prénatal, de l'aquagym pour femmes enceintes (LE bonheur de flotter légère, dans l'eau, quand on a pris 20 kilos !) , du reiki, de la méditation, de la relaxation,... tout ce qui pouvait être en lien avec le bien-être et le lâcher prise.

Avec le futur papa, nous avons aussi pratique l'Haptonomie (j'y consacrerai un article dans le blog), ce qui nous a apporté à la fois beaucoup d'apaisement, d'émotion et de très jolis moments à deux, à trois.

Le bien-être et la santé de notre bébé était LA priorité.

La question de l'Allaitement était moins "centrale" - mais pas moins importante - parce qu'à mon sens, elle se poserait plus tard, quand notre bébé serait là.


Cela ne nous a pas empêchés de nous équiper en amont pour préparer l'Allaitement en achetant le petit trousseau de la maman allaitante : coussinets d'allaitement, crème apaisante pour les éventuelles (elles ont bien été réelles donc merci petit tube d'avoir fait des miracles !) crevasses, coques et brassières d'allaitement.

Grâce à ça, on pouvait se dire : on est prêts.


Ce qui est "drôle", c'est qu'à aucun moment on a envisagé ou songé à acheter du lait infantile, "au cas où", comme disent certains.

En écrivant ça, je réalise que tous ces petits détails étaient en réalité des signes me disant d'une petite voix "tu es prête pour ça, c'est juste que tu ne le sais pas".


Mon évidence "à moi" dans l'Allaitement, elle était arrivée avec toi Thelma.



A quel moment j’ai su que j’allais allaiter ?

Et bien, au moment où tout a été si intense que rien n’en était rationnel, au moment de LA rencontre. De notre rencontre à tous les trois.


C'est fou comme l'instinct maternel, oui ce fameux "truc" sur lequel on ne peut mettre aucun mot, comme il vous apprivoise en l'espace d'une fraction de seconde, sans vous changer, sans vous trahir, non, juste parce que c'était là en vous, et qu'un petit être est venu lui laisser la liberté de s'exprimer. Je suis persuadée que l'Allaitement en fait partie. C'est là, enfoui en vous ou évident comme tout, et à la seconde même où votre bébé vous regarde pour la première fois, où il cherche votre sein chaud et réconfortant, vous savez.


Lorsque Thelma est née (elle a dû être accompagnée par les forceps petit amour...), elle ne respirait pas, alors nous ne l'avons eue contre nous qu'une infime poignée de secondes pour lui souhaiter la bienvenue et la contempler, car elle a été prise en charge très rapidement par la pédiatre, à quelques centimètres de nous, ce qui nous permettait de lui parler, sans la quitter des yeux, avant de la serrer dans nos bras.

Son papa était auprès d'elle pour la rassurer et lui dire que bientôt, on se serrerait fort fort dans les bras tous les trois.


Puis est venu cet instant où l'on a entendu son petit cri, celui qui vous délivre, qui vous arrache le souffle du plus grand soulagement de votre Vie.

La sage-femme, pendant que le gynécologue s’occupait de moi (là je vous épargne les détails ;-)...), m’a posé la question, cette question « est-ce que vous souhaitez que je vous mette Thelma au sein, avez-vous envie de l’allaiter ? ». Et bien, sans même y réfléchir, sans même me dire « je le fais ou pas ? « , j’ai répondu « Oh oui ! ».


Plus rien n'a été comme avant et j'ai aimé ce sentiment de m'être laissée porter en toute confiance et sans pression


Et là, je peux vous dire que les 9 mois où je ne me suis pas vraiment posée la question ont laissé la place à l’évidence de l’instant : j’étais faite pour t’allaiter Thelma, pour partager ça avec toi.


Je ne le savais pas, mais allaient commencer des mois d’amour pur, de peau à peau, de tétées câlins, réconfortant un chagrin, calmant la moindre de tes faims, tard le soir ou très tôt le matin,…

Oui je ne le savais pas AVANT, mais comment pourrais-je vivre sans ça maintenant ? ...



#youandmilk #milkwithlove #allaitement #allaitementmaternel #breastfeeding #motherhood #révélation #allaiterlàoùleventnousporte #vêtementsallaitement #allaiter #allaitementandfamily #breastfeedingbrand #breastfeedingclothes

©2020 by You&milk. Created with lot of love | Mentions légales | CGVMédias